MENU

Fuck the summer body

Fuck the summer body, c’est un projet que j’ai décider de lancer un peu sur un coup de tête. J’ai toujours plein d’idées de projet photo mais je ne prend pas le temps d’aller jusqu’au bout. Alors cette fois ci je me suis dit : t’as un mois pour l’organiser !

Pourquoi Fuck the summer body ? Parce que à l’approche de l’été, chaque année, on est bombardés de messages pour être bikini ready en 3 semaines, préparer son corps pour la plage, adopter tel régime miracle pour l’été. Même à la salle de sport, les coachs mettent le cran au dessus “pour notre bien, parce qu’il faut être au top pour l’été”.

Personnellement c’est une vision que je trouve très négative. Son corps, il faut l’aimer toute l’année, il faut en prendre soin tout le temps. Et quand vient l’été, on se confrontre au regard des autres mais aussi à son propre regard, et ça peut déjà être assez dur. Alors pas la peine d’en rajouter avec des campagnes bidons pour rentrer dans des “normes”.

Je pourrai écrire des heures sur le sujet, mais je vous laisse découvrir quelques photos du projet ! Vous pouvez suivre le projet photo sur l’instagram Fuck the summer body 🙂

Vous trouverez aussi à la fin de l’article, quelques témoignages des participants sur leur rapport à leur corps. J’espère que ça vous inspirera !

“J’ai jamais été à l’aise avec mon corps, depuis que je suis toute petite on m’a qualifié de trop ronde. On m’a toujours dit qu’il fallait que je maigrisse. On s’en doutera ça crée un sal rapport à la nourriture. Aujourd’hui je le tolère surtout que je vois qu’il peut plaire. J’arrive à m’apprécier morceau par morceau mais pas encore dans ma globalité. Si je me regarde peu vêtue face à un miroir je me reconnais pas.”

“Aujourd’hui j’accepte de plus en plus le corps dans lequel je suis et surtout je n’entre pas dans une obsession constante régime/salle de sport (d’abord j’ai la flemme), si je maigris ce sera pour être plus en forme et vivre plus longtemps et pas pour instagram 😂”

“Je veux participer à ce projet pour montrer que même les personnes qui ont l’air heureuses peuvent elles aussi, avoir des complexes. Que la diversité des corps est belle. Et qu’il y aura toujours quelqu’un pour aimer ce qu’on n’aime pas.”

“Le travail sur moi même a été long et parfois douloureux, alors j’aimerai que l’entourage et même lorsque l’on croise un.e inconnu.e dans la rue, qu’on ne juge pas, qu’on ne donne pas des conseils mal avisés, et qu’on apprenne a voir la beauté sous toutes ses facettes. Oui, pour moi le plus dur aujourd’hui que je m’accepte c’est de devoir tenir tête à ma mère et ma grand mère en leur disant que non je ne suis pas trop grosses (je fais un 40!), non je n’ai pas besoin de régime ou de plus de sport, non je n’ai pas besoin de voir ta tête au fond de mon assiette de pate carbo !”

Commentaires
Ajouter un commentaire

CLOSE