Black is beautiful : la génèse 

Si vous me suivez sur Instagram vous avez sûrement vu passer ce projet : Black is beautiful. Aujourd’hui je prends le temps de vous en écrire un peu plus sur cette séance photo et pourquoi j’ai décidé de la faire. Pour vous donner un peu de contexte, je suis métisse, ma maman est Béninoise/Gabonaise et mon papa est Français (picard plus exactement). J’ai grandi avec les deux cultures, et je dois avouer que quand j’ai commencé à me lancer à mon compte, mes inspirations étaient des personnes blanches. Simplement parce que je voyais beaucoup moins de personnes noires mises en avant. 

Et puis il y a quelques années je me suis lancée dans la photographie de mariage. J’ai commencé à m’intéresser aux blogs, à scroller sur Pinterest pendant des heures, et j’ai commencé à imaginer mon propre mariage bien sûr. Et là, j’ai eu un vrai problème. Je n’arrivais pas à me projeter. Alors niveau ambiance, couleurs, animations etc. je peux très bien imaginer des choses que j’aime, mais dès que je regardais les coiffures, le maquillage, les robes, je ne voyais aucune femme qui me ressemblait. J’ai commencé à m’étonner quand je voyais passer une femme de couleur sur un blog de mariage, comme si c’était tellement rare qu’il fallait le notifier. Et c’était ça en fait, c’était tellement rare qu’à chaque fois j’étais surprise. Alors je me suis dit qu’il y avait un problème, un vrai problème. De là j’ai vraiment creusé, et j’ai vu que en effet les personnes de couleur étaient plus que sous-représentées dans les blogs/publications autour du mariage. Et ça c’est inacceptable. 

J’ai décidé alors de faire une séance photo pour mettre en avant des femmes de couleur, afin que je puisse enfin m’identifier, et que d’autres femmes puissent elles aussi, voir à quel point elles seront magnifiques le jour de leur mariage. C’est ma petite pierre à l’édifice pour ouvrir la discussion sur la sous-représentation des personnes de couleur dans les médias et notamment dans le milieu du mariage que je côtoie quotidiennement. Si vous voulez en savoir plus sur l’idée derrière la scénographie du shooting Black is beautiful, je vous invite à faire un tour sur La mariée aux pieds nus qui a publié le shooting sur son blog !

Pourquoi une sous-représentation ?

En discutant avec d’autres personnes, je me suis rendue compte que le problème était encore plus profond. Prisca, une future mariée rencontrée sur Instagram m’explique : « Je voulais de longues manches transparente avec un effet peau nue… impossible, j’avais toujours un tissu beaucoup trop visible qui ne respectait en rien ma carnation. » Pour elle, impossible de trouver une coiffeuse qui maîtrise les particularités d’un cheveux afro, “j’ai finalement décidé de me coiffer seule le jour J. » et pour le maquillage, même combat “Trouver une maquilleuse qui travaille le teint noir… alors là ! Le Saint Graal… ». Pour l’avoir déjà vu, certaines personnes finissent avec un teint gris/verdâtre parce que les maquilleurs.euses ne savent pas maquiller un teint de couleur. 

Le maquillage, un vrai soucis pour les peaux de couleur 

Et le problème vient de très loin. J’ai échangé avec Auréa, la maquilleuse avec qui j’ai travaillé sur ce shooting, et elle m’a expliqué plus en détail d’où vient le problème !

« Lors du shooting « Black is beautiful » j’ai pu discuter pleinement de la discrimination vécue par les femmes noires lorsqu’elles font appel à des maquilleurs professionnels. Modèles comme clientes, toutes ces femmes sont inquiètes en s’asseyant dans le fauteuil d’une professionnelle s’apprêtant à les maquiller. Est ce normal ? Je ne crois pas… Je ne compte plus le nombre de femmes m’ayant demandé avant une séance de maquillage si je possédais leur teinte dans ma mallette ou si je savais maquiller les peaux noires. Et toutes, se sont retrouvées étonnées en voyant que j’étais équipée pour maquiller leur teint. « C’est la 1ere fois que je vois une maquilleuse blanche avec autant de matériel pour peaux noires » Quel triste discours…

Le racisme existe partout est donc même dans l’univers du maquillage. Il n’est parfois pas intentionnel heureusement mais pourtant bien présent. En effet, en tant que maquilleuse c’est quelque chose que l’on observe dès le début de notre formation. A titre personnel mon kit de départ créé et acheté auprès de l’école dans laquelle je me suis formée ne comptait que 4 couleurs de fond de teint différents et tous correspondant à des carnations blanches. Le matériel n’est donc pas du tout adapté à l’apprentissage du maquillage sur peau noire. De plus à l’école seulement 2 jours sont dédiés au maquillage sur peau noire contre tout le reste de l’année sur peau blanche. Bien compliqué d’apprendre à ce rythme… Matériel, cours… rien n’est donc adapté à cela.

Comment fait-on alors pour apprendre ? On vire nos a priori et on apprend seule ! Et pour le coup, nous nous rendons vite compte qu’une peau noire présente exactement les mêmes problèmes qu’une peau blanche ! Si une maquilleuse réussit à gérer les nuances sur une peau blanche pourquoi n’y arriverait elle pas sur les peaux noires ? Je pense que la réponse se trouve dans le fait que nous sommes d’abord habituées à nous maquiller nous même et que nous transférons notre technique sur nos clientes. Seulement tout bon maquilleur devrait être capable de maquiller toute les carnations que la planète nous offre. Jouer avec les couleurs, travailler les textures et s’adapter à chaque cliente font de nous des professionnels.

Aujourd’hui dans le milieu du maquillage j’ai l’impression que les choses changent. Même si nous aimerions voir plus de femmes noires sur les Instagram de maquilleurs, bon nombre de marques ont compris que le maquillage devait s’ouvrir à toutes les carnations. Les palettes de couleurs s’agrandissent pour nous donner une marge de travail bien plus étendue et nous permettent de travailler sur tous types de carnations ! Fenty beauty à été dans les 1ères à proposer un spectre large de couleur, engrenant les autres marques à nous proposer plus de teintes et pour cela merci ! J’espère donc qu’avec le temps, les femmes noires pourront avoir de plus en plus confiance en nous et en notre envie de les rendre resplendissantes. »

Et le racisme ?

Malheureusement en tant que personne de couleur, on peut en venir à se confronter à du racisme également lors de l’organisation de son mariage. Prisca m’explique : « Un des lieux que j’ai trouvé insistait sur le bruit, parce que « les fêtes africaines sont souvent bruyantes ». Hugo [le marié] l’a prit à part pour lui parler et le discours était totalement différent… «Non mais vous comprenez, c’est pour les voisins etc… » Alors non, notre mariage n’aura pas lieu dans ce domaine. » Le racisme est un vaste sujet sur lequel on pourrait s’étendre pendant des heures, mais je pense qu’il est important au moins de se rendre compte des à priori et des clichés qui véhiculent. Se marier en étant une personne de couleur peut s’avérer frustrant à bien des niveaux. Il est donc de notre ressort en tant que personnes et aussi en tant que prestataires du mariage, de faire de notre possible pour que les futurs mariés se sentent écoutés, compris, et qu’ils aient les mêmes options à leur disposition que tous les autres mariés. 

Quelques conseils 

Pour finir, voici les 3 conseils de Prisca aux futurs mariés de couleur : « 1. Ne rien laisser passer, ne pas accepter l’inacceptable. 2. Choisir des prestataires qui portent de l’intérêt à ta couleur, à la diversité, peu importe leur notoriété. 3. Et surtout en parler à ceux qui ne voit pas où est le problème. »

Vous trouverez à la fin de l’article la liste des prestataires qui ont participé à cette séance photo et que je vous recommande totalement si vous cherchez des personnes inclusives et respectueuses !

Décoration florale et scénographie : Botanique Bazar | Tenues : By Romance | Location décoration : Velvet rendez-vous | Maquillage : Auréa Maquillage et Laura V. maquillage | Tailleur :  Zara | Lieu : Studio Quotidien | Modèles : Massy,  FrédériqueAstha et Séverine